2. Les styles de leadership

Les dirigeants du monde à tous les niveaux ne peuvent plus se permettre de s’appliquer à « résoudre des problèmes ». Cette approche est trop parcellaire et ensevelira le dirigeant qui se cantonnera à ce mode de pensée et de comportement.

Les vagues dynamiques de changement appellent pour le futur une nouvelle façon de penser qui anticipe le changement, afin que ce qui semble être des problèmes apparaissants à l’horizon puisse être transformé en défis qui créent de nouvelles opportunités de prospérité et de croissance.

Comment les leaders passent-ils d’une pensée « solution de problème » à une pensée « anticipation du changement » ? En regardant sous la surface de la pensée humaine les systèmes de valeurs opératifs sous-tendant toutes les prises de décisions et toutes les actions.

Caleb Rosado, Ph.D.

 

1 – Les styles de leadership

 

Un leader peut jouer son rôle de différentes manières.

 

Le leader « directif ou autoritaire »

 

Cas : Les membres du groupe ne sont pas disposés à prendre des responsabilités et sont incapables de le faire. Donc, les décisions concernant l’organisation sont prises par le leader.

 

C’est un style idéal lorsque les équipes sont récentes, manquent d’expérience et ont besoin d’aide, d’orientation, d’encouragement et de récompenses pour accomplir leur travail. On ne tient pas compte des sentiments des individus ou de leurs relations.

 

Ce leader structure le travail et guide le groupe. Il définit les listes de tâches en imposant ce que les gens doivent faire, comment, quand et où.

 

L’impact sur l’équipe : passivité, agressivité, cohésion faible.

 

Le leader « animateur »

 

Cas : Les membres du groupe souhaitent mais sont incapables d’assumer des responsabilités.

 

Ici, les équipes sont plus expérimentées et disposées à assumer des responsabilités. Le leader apportera l’apprentissage nécessaire à l’exécution des tâches et les motivera dans ce sens. Il est un guide qui encourage.

 

L’impact sur l’équipe : permet l’expression des différences individuelles et une performance élevée.

 

Le leader « participatif »

 

Cas : Les membres du groupe sont capables d’assumer des responsabilités mais ne le souhaitent pas. Les décisions tiennent compte de l’avis du groupe mais c’est le leader qui provoque les discussions.

 

Ici, Le leader participe avec les membres du groupe à l’exécution des tâches et aux prises de décision. L’accent est mis sur les sentiments des individus et les relations au sein du groupe. Le leader est une personne ressource et un collaborateur en encourageant et en étant un soutien moral.

 

L’impact sur l’équipe : participation, propositions, satisfaction.

 

Le leader « confiant qui délègue »

 

Cas : Les membres du groupe sont capables d’assumer des responsabilités et les assument.

 

Si les membres du groupe sont capables et souhaitent diriger les projets, le leader déléguera ses responsabilités et fera confiance en supervisant . Le leader précise, donc, seulement les objectifs et les moyens accordés au groupe et reste, ensuite, passif, jusqu’à l’obtention des résultats.

 

L’impact sur l’équipe : Peu de résultats, risque de démotivation, cohésion faible dans le groupe.

 

2 – Choisir le style de leadership le plus utile ?

 

Pour être un leader efficace, il faut connaître son groupe et adapter son style aux situations. Vous devez également savoir quel style de leadership vous préférez et comment les autres vous perçoivent. Passez d’un style à l’autre, selon l’occasion.

 

Chaque type de leadership produit un climat spécial dans le groupe.

 

En règle général, c’est le leadership participatif » et « animateur » qui atteignent aujourd’hui une performance élevée en créant une cohésion entre les individus.

 

 

 

 

 

You may also like

Leave a comment